Le zoo d'Amiens

Forum du zoo d'Amiens qui est partenaire avec le site : http://www.zoo-amiens.images-en-somme.fr/
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le chauna à colier (Chauna torquata)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 555
Age : 41
Localisation : Amiens
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Le chauna à colier (Chauna torquata)   Mer 15 Aoû 2007, 11:09

Un poussin





_________________
Sameltho !!!!!
http://le-zoo-d-amiens.superforum.fr


Dernière édition par le Lun 10 Sep 2007, 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-zoo-d-amiens.superforum.fr
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 555
Age : 41
Localisation : Amiens
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Le chauna à colier (Chauna torquata)   Jeu 16 Aoû 2007, 21:14

Une video


_________________
Sameltho !!!!!
http://le-zoo-d-amiens.superforum.fr


Dernière édition par le Ven 09 Nov 2007, 07:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-zoo-d-amiens.superforum.fr
Admin
Admin
Admin


Nombre de messages : 555
Age : 41
Localisation : Amiens
Réputation : 0
Date d'inscription : 25/04/2007

MessageSujet: Re: Le chauna à colier (Chauna torquata)   Mer 29 Aoû 2007, 11:02

Les Kamichis

Propres aux régions tropicales et subtropicales de l'Amérique du Sud, où ils jouissent d'une grande popularité, les Kamichis sont d'étranges oi-seaux, d'un type très différent de tous les autres, au point d'avoir déjà intri-gué les conquistadores.
Il en existe 3 espèces, formant à elles seules la Famille des Anhimidés.

Caractères généraux

De la taille d'une dinde (leur poids varie de 3 à 4 kg), ils sont trapus d'aspect, avec des pattes robustes, moyennement longues et recouvertes d'une peau épaisse, plissée aux articulations, une tête relativement petite, un bec court, étroit, assez faible et crochu à l'extrémité, rappelant celui des Galliformes. Ils ont des ailes bien développées, larges, dont le bord anté-rieur est doté, en dessous du carpe, de deux éperons cornés (Fig. 1), acérés et légèrement recourbés vers le haut, dont la longueur peut atteindre 5 cm pour le supérieur et 2 cm pour l'inférieur, et qui constituent des armes re-doutables, que ces oiseaux savent fort bien utiliser pour se défendre. (1)
Bien que leurs pieds soient pourvus de doigts sans palmures - mais re-lativement longs et forts - les Kamichis n'en nagent pas moins avec la plus grande aisance. Et malgré leurs allures lourdes, ils se perchent et volent volontiers, mais nichent à terre, près des eaux douces, généralement dans des régions marécageuses. Le nid, assez volumineux, et le plus souvent dissimulé dans la végétation palustre, peut être aussi établi sur l'eau, parmi les plantes aquatiques.
Il n'y a pas de dimorphisme sexuel très apparent et les couples semblent unis pour la durée de la vie. Le mâle et la femelle participent à la construction du nid et à l'incubation, qui dure de 42 à 44 jours. Les œufs, au nombre de 2 à 6, sont d'une couleur blanchâtre uniforme. Les poussins, recouverts d'un abondant duvet, quittent le nid peu après leur naissance, pour suivre leurs parents sur terre et sur l'eau.
La nourriture de ces oiseaux est essentiellement d'origine végétale : herbes - qu'ils broutent à la manière des oies - feuilles, fleurs, graines et racines, principalement de plantes aquatiques, dont ils préfèrent toutefois les parties succulentes. Ils y ajoutent, notamment pour nourrir leurs jeunes, quelques insectes et autres invertébrés, qui peuvent être aussi directement consommés par les poussins eux-mêmes.
En dehors de la saison de reproduction, durant laquelle ils vivent en couple, les Kamichis se montrent volontiers grégaires, s'associant, selon l'espèce, en petits groupes ou en troupes, parfois considérables, pouvant dépasser mille sujets.
Ils ont une voix forte, retentissante, et leurs curieux cris perçants (2) peuvent porter, dit-on, à plus de 3 km, surtout lorsqu'ils sont émis en chœur par plusieurs centaines d'individus, voire davantage.

Les 3 espèces (Fig. 2).

Elles sont réparties en 2 genres :

- Le genre Anhima, avec un seul représentant, le Kamichi cornu (An-hima cornuta) qui se singularise par la présence, sur le haut du front, d'une longue corne (elle peut atteindre 15 cm) effilée et blanchâtre, à croissance continue, du plus étrange effet.
Il est d'un noir à reflets verdâtres sur le dessus du corps, blanc dessous, avec les plumes de la couronne, du bas du cou et du haut de la poitrine blanche lisérée de noir. Son bec et ses pattes sont grisâtres. L'iris varie du jaune à l'orange.
C'est l'espèce qui a la plus large répartition géographique. On la ren-contre en effet dans le nord de la Colombie, le nord et l'ouest du Venezuela, l'Équateur (donc à l'ouest de la Cordillère des Andes), les Guyanes (sauf la Guyana, d'où il a disparu), le Brésil, l'est du Pérou et de la Bolivie, et enfin l'extrême nord de l'Argentine.
- Le genre Chauna, qui renferme les 2 autres espèces : le Kamichi or-dinaire ou Kamichi à collier (Chauna torquata) et le Kamichi de Derby (Chauna chavaria).
Ils se distinguent du précédent par leur nuque ornée d'une huppe de plumes effilées, un plumage gris ardoisé, une zone de peau nue allant de la base du bec au pourtour de l'œil, de couleur rose rougeâtre, comme le sont aussi les pattes. L'iris est brun dans les 2 espèces et le bec gris brunâtre.
Le Kamichi à collier doit son nom au collier, noir et haut de 3 à 4 cm, qu'il a sur le milieu du cou. Cet ornement est surmonté d'une zone couverte de courtes plumes duveteuses et blanchâtres, haute de 2 cm environ, visible surtout lorsque l'oiseau étend le cou, et qui devient, en position normale, une étroite bande blanche, plus ou moins apparente suivant les postures.
Il habite l'est de la Bolivie, le Paraguay, le sud du Brésil, l'Uruguay et la moitié nord de l'Argentine, où on peut le rencontrer, surtout en hiver, dans des habitats plus secs que ceux fréquentés par les 2 autres espèces.
Les mœurs du Kamichi à collier sont mieux connues que celles de ses semblables.
Il est le plus grégaire des trois. C'est lui qui est réputé pour se réunir, notamment dans la pampa argentine, en bandes considérables, actives de jour comme de nuit, faisant entendre, surtout le soir, leur voix sonore aux cris bi syllabiques caractéristiques. Ces ensembles vocaux, audibles à plu-sieurs kilomètres de distance, sont d'ailleurs célèbres parmi les populations de la pampa.
C'est surtout lui aussi qui fréquente les exploitations agricoles, évo-luant parmi le bétail. Ou encore, capturé et élevé par les fermiers, il devient un excellent gardien de la basse-cour, s'accommodant fort bien de partager la vie de la volaille, qu'il protège en éloignant les rapaces par ses cris puissants.
Le Kamichi de Derby, la 2ème espèce du genre Chauna, est légèrement plus petit et moins massif que les deux autres. Il diffère du précédent par son plumage d'un gris plus foncé, son cou noir, normalement emplumé, ses joues et sa gorge blanche. Son aire de distribution - le nord de la Colombie et le nord-ouest du Venezuela est, de loin, la moins étendue des trois.
Affinités avec les autres groupes aviaires et place dans la classification
Pourtant connus depuis longtemps des Européens, les Kamichis ne commencèrent à vraiment intéresser les ornithologistes systématiciens qu'au siècle dernier.
D'abord rapprochés des Rallidés, puis des Ciconiidés, ils sont mainte-nant considérés, par les spécialistes, comme ayant des affinités certaines avec les Anatidés, et plus particulièrement l'un des plus primitifs d'entre eux, l'Oie-pie (Anseranas semipalmata) (3), qui vit en Australie et en Nou-velle-Guinée.
En effet, malgré leur aspect de gros gallinacé, les Kamichis présentent quelques similitudes anatomiques et comportementales avec les Oies, les Cygnes et, dans une moindre mesure, les Canards.
Le crâne desmognathe, la structure des tarses et du sternum, la dispo-sition des muscles de l'appareil phonateur, le plumage abondant et épais et le mode de reproduction en général rappellent ces mêmes caractères chez les Anatidés.
Mais c'est surtout à l'Oie-pie qu'ils font penser :
- Comme elle, ils ont des pattes robustes, avec des doigts relativement longs, qui leur donnent la même démarche posée (et leur permettent de se déplacer parmi les plantes flottantes, à la manière des Poules d'eau, par exemple).
- Comme elle encore, et à la différence de la plupart des autres Anati-dés, ils construisent un nid volumineux non garni de duvet, s'accouplent à terre, nourrissent leurs jeunes au bec pendant les premiers jours et présen-tent une mue graduelle des grandes plumes, qui ne les rend jamais inaptes au vol.
- Comme elle enfin, ils ont la curieuse habitude d'effectuer de rapides mouvements d'ouverture et de fermeture du bec au cours de certains com-portements.
C'est pour toutes ces raisons que la grande majorité des systématiciens place de nos jours les Anhimidés auprès des Anatidés, dans l'ordre des An-sériformes.
En revanche, par certains caractères, les Kamichis semblent s'éloigner des autres membres de cet ordre :
- Leur bec, qui, rappelons-le, ressemble à celui des Galliformes, est dépourvu des lamelles cornées transversales (4) caractéristiques des Anatidés (5) et renferme une langue ni épaisse ni charnue comme celle de ces derniers.
- Leurs pieds ne sont pas palmés, mais possèdent seulement des rudi-ments basilaires de membranes interdigitales (ce qui, comme nous l'avons précisé plus haut, ne les empêche pas de nager) et portent un pouce bien développé, situé sur le même plan que les autres doigts (il est surélevé et nettement plus réduit chez les Anatidés).
- Ils ont un squelette et une peau qui présentent une pneumatisation très poussée (6) (à tel point que, sous la pression du doigt, celle-ci produit une sorte de crépitement sonore).(7)
- Leur plumage est pratiquement dépourvu de ptérylies (Cool et son déve-loppement est différent.
- Leur façon de voler est également différente : ils pratiquent en effet le vol plané à haute altitude (on en a observés, en groupe, jusqu'à 2 000 ou 3 000 m), en décrivant des cercles comme les vautours (dont ils ont d'ail-leurs un peu la silhouette lorsqu'ils déploient leurs larges ailes).
- Enfin, leurs cris si particuliers ne rappellent en rien ceux des Anati-dés.
Ajoutons, pour finir, que d'autres caractères encore en font des oiseaux singuliers, le plus significatif étant certainement l'absence d'apophyse un-cinée (9) sur les côtes, contrairement au cas de toutes les autres espèces aviaires.
En ce qui nous concerne, et pour conclure, il nous semble que ces étranges oiseaux que sont les Kamichis présentent suffisamment de parti-cularités pour être placés dans un ordre à part, l'ordre des Anhimiformes, évidemment très proche de celui des Ansériformes.

_________________
Sameltho !!!!!
http://le-zoo-d-amiens.superforum.fr
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://le-zoo-d-amiens.superforum.fr
daimkar



Nombre de messages : 12
Age : 28
Réputation : 0
Date d'inscription : 27/01/2012

MessageSujet: Re: Le chauna à colier (Chauna torquata)   Ven 27 Jan 2012, 09:00

boule de plumes toute mimi!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le chauna à colier (Chauna torquata)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le chauna à colier (Chauna torquata)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Kamichi à collier - Chauna à collier - Chauna torquata
» Chauna torquata
» POur faire une bannière style petit écolier
» Quand j'étais écolier
» Quand j'étais écolier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le zoo d'Amiens :: Les photos de Sameltho-
Sauter vers: