Le zoo d'Amiens

Forum du zoo d'Amiens qui est partenaire avec le site : http://www.zoo-amiens.images-en-somme.fr/
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 TAPIR TERRESTRE " tapirus terrestris "

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
dilou
soigneur animalier
soigneur animalier
avatar

Nombre de messages : 603
Age : 47
Localisation : amiens
Réputation : 0
Date d'inscription : 26/04/2007

MessageSujet: TAPIR TERRESTRE " tapirus terrestris "   Dim 25 Jan 2009, 14:37



Classification classique
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Perissodactyla
Famille
Tapiridae
Gray, 1821
Genre
Tapirus
Brünnich, 1771

Espèces de rang inférieur

Tapir commun d'Amérique du sud
Nom latin : Tapirus terrestris
Au 18ème siècle, Linné crût que le tapir commun était une forme terrestre de l’hippopotame et lui donna un premier nom scientifique : Hippopotamus terrestris. Il fut ensuite rebaptisé à partir du nom indien tapyra (indiens Tupi du Brésil). Cette anecdote illustre bien l’importance de l’eau pour le tapir.

Famille : Tapiridés — Ordre des Périssodactyles

Evolution : le cheval préhistorique.
Les premiers tapirs vivaient en Amérique du Nord (Floride) d’où ils disparaissent complètement il y a 11000 ans. Leur disparition coïncide avec l’arrivée de l’homme , mais également à des changements climatiques importants. De ce berceau, ils migrent vers l’Asie (le tapir existait en Europe au Miocène) puis vers l’Amérique du Sud dès que se forme l’isthme de Panama à la fin du Pliocène. Son évolution jusqu’à notre époque a été lente et le tapir représente actuellement un modèle précieux car il ressemble beaucoup à l’ancêtre du cheval.

Caractéristiques physiques : corps massif peu poilu, gris à brun, oreilles bordées de blanc.
Il mesure environ 2 m de long pour 1 m au garrot. Les mâles peuvent peser plus de 250 kg. Une seule paire de mamelles inguinale pour la femelle. Queue de 8 cm . 4 doigts aux pattes antérieures, 3 aux postérieures. Vue faible. Le jeune est marron avec des rayures et points blancs, façon marcassin, pour lui assurer un bon camouflage dans les sous-bois semi-ombragés.

Signes particuliers :

une petite trompe formée par son nez et sa lèvre supérieure
crinière courte et noire
Répartition géographique : Amérique du sud : de l’est de la Colombie au nord de l’Argentine à l’est des Andes.

Existent aussi trois autres espèces :

le tapir des Andes ou tapir laineux (Tapirus pinchaque) au nord de la chaîne montagneuse entre 2000 et 4500 m.
le tapir de Baird (Tapirus bairdi) en Amérique centrale.
le tapir asiatique ou tapir à chabraque,(Tapirus indicus) le plus gros (Malaisie, Sumatra, Birmanie, Thaïlande). Bicolore : noir et blanc.
Habitat : forêt tropicale humide et plaines.
La présence d’eau est indispensable. Ses exigences : pluies annuelles entre 2 et 4 mètres, température moyenne de 27 C° , humidité 75% environ. Sa distribution et ses habitudes alimentaires ne sont pas modifiées par les inondations saisonnières.
Habitudes : le tapir est solitaire.
Il est plutôt nocturne et plus facile à observer à la pleine lune. Il n’est vraiment au repos que pendant les heures les plus chaudes de la journée. Il peut parfois rester dans la forêt de jour et s’aventurer en terrain ouvert de nuit : prairies, marécages, lacs, rivières, traçant ainsi des chemins qui sont utilisés par les indigènes. En forêt, il parcourt son territoire en zig-zag à la recherche de nourriture qu’il saisit avec sa trompe ou broute avec ses incisives comme le cheval. Il mange herbes, feuilles et fruits (1/3 de sa ration, ce qui est élevé pour un ongulé non-ruminant), écorce, plantes aquatiques et peut-être même des poissons ! Son aliment préféré : fruits et feuilles du palmier bâche (Mauritia flexuosa) . Il s’introduit parfois dans les plantations de cane, melon, cacao, riz, maïs. Il raffole du sel. Il ne peut pas se passer de l’eau. Il aime nager et se prélasser dans la boue. Cela lui permet de faire baisser sa température corporelle, de se débarrasser des parasites et d’échapper aux prédateurs.
Communication :
Sifflet : le tapir émet un bref sifflement, plus aigu chez la femelle, pour attirer le sexe opposé, signaler sa présence, ou encore manifester sa peur, ou rassurer le jeune.
Claquement de langue : servirait à la reconnaissance entre les espèces ou à la mère pour annoncer son retour au jeune qui, dans les premières semaines, reste caché dans le sous-bois.
Mouvements de lèvres et d’oreilles lorsque deux individus se rencontrent pour indiquer leur humeur (comme les chevaux).
Ronflement nasal : agression.
Reproduction :
Maturité sexuelle à 3 ou 4 ans. La femelle est en chaleur 2 jours tous les 2 mois. Lors de la parade amoureuse, le couple tourne en rond tête-bêche , souvent dans l’eau. Le pénis du mâle peut mesurer plus d’un mètre ! ! ! Rapporté à la taille de l’animal, cela en fait un champion du monde… Pendant l’accouplement, le mâle mord les oreilles et le cou de la femelle. Naissance en 3 à 5 minutes d’un seul jeune (jumeaux exceptionnels) tous les 2 ans après 13 mois de gestation. Le nouveau né pèse environ 5 kgs, il perdra ses rayures blanches à 8 mois, sera sevré à 10 mois et aura sa taille adulte à 18 mois.
Longévité > 35 ans en captivité ; une femelle a même mis au monde un petit à l’age de 28 ans !
Rôle écologique :
Le tapir à l’habitude de déféquer en tas, souvent dans l’eau : il a ainsi un rôle essentiel dans la dispersion de certaines graines de palmiers et dans la création de nouveaux bouquets de palmiers dans les forêts. Ces palmiers sont une ressource importante pour l’homme qui doit comprendre que la disparition du tapir entraînerait une dégradation dramatique des forêts de palmiers.
Causes principales de sa disparition : chasse et déforestation.
Ses prédateurs sont l’homme, et parfois le jaguar.
La prise d’un tapir représente une masse de viande considérable, et en fait un gibier de choix, d’autant que sa viande est spécialement appréciée. La commercialisation de sa chair, notamment dans les restaurants traditionnels et touristiques est autorisée en Guyane française !
Certains amérindiens considèrent le tapir comme tabou. Les Jivaros ne le consomment pas. Les Bororos au Brésil pour lesquels le tapir est sacré ne le tuent jamais.
Le cuir est utilisé dans le sud de sa zone de répartition pour la confection de rennes et de fouets.
Animal de compagnie : il a été dressé à tirer des charrues ou à porter des enfants sur le dos.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
TAPIR TERRESTRE " tapirus terrestris "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "La terre" dans le contexte biblique
» Quotidien "EL KHABAR" d'aujourd'hui
» Le triangle de Karpman dit "triangle dramatique"
» LE BOOMERANG DE "LINGALA FACILE"..ZAC?
» Présentation du livre "Semois sauvage" 24/9 à 19h + expo Beluxphoto à Florenville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le zoo d'Amiens :: Actualité du parc :: Fiches d'animaux-
Sauter vers: